1.08. L'Appel Du Succube (1/2) et (2/2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1.08. L'Appel Du Succube (1/2) et (2/2)

Message  Mérysis le Jeu 28 Juin - 23:30

Pour poster une review sur l'épisode 1.08, c'est ici que ça se passe Smile

_________________
I am the night.
avatar
Mérysis
Machine à écrire supersonique

Messages : 657
Date d'inscription : 13/03/2010
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.08. L'Appel Du Succube (1/2) et (2/2)

Message  Plûme à la Pistache le Mar 23 Juil - 17:49

Bon, aller, il est temps, première review sur Meteora ! Yeehee !
Je préviens, je suis une personne décousue qui se donne du mal pour ne pas l'être, alors il se peut que ce soit pire que décousu.

L'épisode est en deux parties, et j'aurais bien fait une review en deux parties aussi, mais finalement ce n'est pas plus mal qu'il n'y ait qu'un seul sujet, parce que je me serais certainement répétée. Non pas que les deux parties se ressemblent, mais il y a des choses qui se retrouvent dans les deux.

Déjà, je sais que c'est douloureux à entendre, mais il faut quand même que tu le saches : il y a tout plein de fautes d'orthographes un peu partout. Enfin, surtout des fautes d'inattention, en fait, parce qu'il y a parfois des mots répétés, ou bien des mots qui ne sont pas les bons, voire des mots qui manquent, tout simplement. J'ai aussi remarqué qu'à un moment, David met la main sur l'épaule de Dorian, mais quelques lignes plus bas il est dit qu'il n'ose pas. Il faudrait se décider. ^^ Enfin bref, il fallait que je commence par ça, parce que c'est le plus désagréable tout en étant le moins important, d'une certaine manière. Dans la suite, promis, je suis gentille.
Question stupide : y a-t-il quelqu'un pour te relire ? Non parce que ça peut paraître bête, mais ne serait-ce que pour la forme, même pas le fond, ça aide vachement. On n'est pas des machines !

L'Appel du Succube. Bon. On se doute de ce qui va se passer. Et ça, pour se passer, ça se passe ! Je te l'ai déjà dit, mais le thème de la sexualité, tu gères la fougère. C'est à la fois cru et tout à fait normal. Pour reprendre mes premiers termes, que je trouve finalement fort bien choisis, tu danses sur le fil entre la description clinique et la description pornographique, et ça marche.
Spoiler:
Le plus bizarre mais en même temps ce à quoi j'aurais dû m'attendre, me connaissant, c'est que c'est la scène Dorian/Opale qui m'a le plus refroidie. J'accepte et apprécie les passages plus axés sur les sentiments que sur le physique, le fait de ne faire qu'un, d'être vivant, amoureux, blah blah blah, mais dès que ça devient technique, ça me rebute vachement. Ceci étant dit, vu que j'ai des problèmes d'intimité dans la vraie vie, en un sens c'est tout à ton honneur, parce que ça veut dire que c'est certainement réaliste. Ce que, je suppose, tu as cherché, sinon tu as un don, félicitations. C'est une question indiscrète à laquelle tu es tout à fait libre de ne pas répondre mais est-ce que tu t'es inspiré de ton expérience personnelle ou bien tu as sauvagement laissé parler le poète érotique qui est en toi ?

La première partie est malsaine, franchement dark, tout à fait dans la continuité des épisodes précédents. Je me répète un peu mais Afterglow est une websérie à l'atmosphère très oppressante, sombre, glauque et dérangeante. Ce n'est pas une mauvaise chose, je l'ai déjà dit, mais c'est un fait.
En revanche, la seconde m'a juste pliée en deux de rire du début jusqu'à... bas pratiquement sa moitié, on va dire. Absurde, non?
Petits coups de cœur :
Spoiler:
David en obsédé sexuel, vraiment priceless.
Spoiler:
Le passage entre David et Dorian. Why ? Just why ? Est-ce que ça va réellement avoir une suite ? Après ces magnifiques promesses faites à Opale ? Ou alors vas-tu encore nous prendre par surprise et trouver une explication abracadabrante quoi que tout à fait logique et non homosexuelle ?

Ensuite, j'ai adoré les cœur-à-cœur. Je trouve en général que ça manque de réalisme, car même si ce serait magnifique que ça se produise comme ça dans la réalité, personne n'est jamais aussi honnête. Mais c'est beau. Et il faut bien faire avance le schmilblick, non?
Relation Eve/Chris:
Tous ces tête-à-tête improvisés, ces regards, ces sentiments inavoués, cette jalousie secrète, cette honteuse admiration, cette attraction inexplicable... Mwah, j'aime. Je ne sais pas si tu sais mais une part de moi est une fangril hystérique, et ce genre de scènes qui donnent des guilis au ventre et font pouffer comme une collégienne, c'est tout à fait son truc.
Mais ce qui m'impressionne le plus, c'est que tu parviennes à enchaîner ça à ce qui s'est passé avant, voir même à l'intercaler. Mention spéciale au baiser chez David, l'air de rien, comme ça, entre deux lignes anodines, et avant un passage de passion artificielle.
J'ai aussi trouvé fort approprié la vision du couple par Dorian, qui les décrit comme opposés et donc forcément incompatibles, alors que c'est justement ce qui, à mon humble avis, va les rendre merveilleux ensemble.

La fin de l'épisode, avec ces légères éclipses temporelles, m'a d'abord paru inattendue, un peu incongrue, je trouvais la conclusion sur les cœur-à-cœur normale, naturelle. Mais on se rend très vite compte que c'est justifié, et même nécessaire.

Intrigue Adrien:
J'ai trouvé ça vraiment triste qu'il parte comme ça. Il était tout gentil. Et hyper courageux aussi, face aux vampires. J'ai espéré jusqu'au bout qu'il soit comme Opale, une réminiscence de l'humain qu'il avait été, ou bien qu'il ne soit pas un tel trouduc en tant que vampire, voire que Kerian arrive, grâce à son petit frère notamment, à le ramener un peu à lui. Mais non.
Et en plus le sale gosse à tout vu. Bravo ! Sale rouquin, va... lol C'est bête, parce que j'aime pas les enfants de base (pour ne pas dire que je le hais viscéralement), et au début il m'avait presque plu. Bon, ça tenait aussi de l'effet grand frère, qui est à peu près aussi puissant que l'effet Papa, l'effet mitaine, cravate, converse, chemise, chapeau, armes blanches, etc, etc, je t'en ai déjà parlé. Quoi que les effets grand frère et Papa soit des faiblesses plus répandues chez la gente féminine. Bref, tu as gagné, je déteste ce petit morveux, et j'espère qu'il va mourir dans un feu de maison. Toutes mes félicitations !

Enfin, dernier commentaire : j'ai bien aimé que ton épisode soit cyclique.
Je m'explique:
La première partie commence par Dorian qui ressasse sa mort temporaire, et est hyper déprimé qu'il n'y ait probablement, selon lui du moins, rien après la mort. Et la seconde partie de l'épisode se termine (ou presque, oui, on va pas chipoter) sur Dorian qui a du mal à accepter d'avoir tué son ami, ou en tous cas se sent responsable de sa mort. Certes, ta websérie parle de vampires, il est donc logique que le sujet de la mort soit abordé, mais ce n'est pas toujours fait avec bon goût, alors je trouve important de le mentionner. C'est effectivement la réflexion métaphysique certainement la plus courante chez les humains, ce n'est pas moi qui te dirait le contraire, quoi que j'ai connu des gens qui avaient un avis particulièrement inflexible, persuadés de ne rien trouver de l'autre côté. Ces gens me font terriblement peur, personnellement. Sérieusement, ils me terrifient. Il est impossible de savoir de quoi ils sont capables. Je dis ça parce que, du coup, je trouve que ce n'est pas si inapproprié que ça que David soit athée, même si on voit qu'il ne l'est peut-être pas tant que ça.

Pfiou. Voilà, je crois que j'ai terminé. Je ne sais pas si ça t'intéresse ou si ça t'aide, mais je sais qu'une review non incendiaire fait toujours plaisir, et je ne fait pas dans l'incendiaire sans une excellente raison. Enjoy !
avatar
Plûme à la Pistache
Plume de l'espace

Messages : 253
Date d'inscription : 21/07/2013
Age : 25
Localisation : lost in translation

Voir le profil de l'utilisateur http://dropitlikeitscold.voila.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.08. L'Appel Du Succube (1/2) et (2/2)

Message  Mérysis le Mar 23 Juil - 18:34

Ahah, let me just say : oh-my-f*****-god ! What a review ! Une review très poussée et super encourageante je dois dire.

Alors, venons en d'abord aux trucs chiants : il est vrai que j'ai trop souvent la faiblesse (je l'avoue) de me relire. Je le fais bien-sûr, mais j'ai une tendance au survolage. C'est à dire qu'après avoir passé des heures et des heures devant mon document, je, comment dire... sature. Je n'ai qu'une envie, envoyer le gentil épi sur le net, le faire quitter la maison, ma tête ; tout pourvu qu'il parte et vive sa vie de son côté. XD C'est une erreur bien-sûr. Je pense d'ailleurs relire consciencieusement tous mes épis depuis le début (ce qui serait utile, rien que pour mes rappeler certains éléments et ne pas perdre mon fil rouge), et corriger les infâmes fautes d'orthographes.

Concernant ta question : j'avais fait appel au gentil Mister D pour me relire mais je ne sais plus s'il avait lu cet épisode. En fait si je sais : personne ne l'avait lu il me semble à part moi.

Je suis content de savoir que je "gère le sexe" ahah. Si ça passe, c'est l'essentiel.

Je comprends tout à fait ce que tu évoques concernant le moment Dorian/Opale : je te le dis de suite, à moi aussi, cela a fait bizarre.
Dorian/Opale:
Car comme je l'avais dit, je cherche vraiment à ce que les moments Opale/Dorian soient hors du temps, éthérés, comme suspendus. Et là... Le sexe arrive. Et quoi de plus réel que le sexe ? Poser les mots sur leurs actes, choisir d'utiliser ceux-là n'a pas été facile du tout, car ça leur enlevait un peu ce côté 'nous-sommes-des-anges' et leur côté... Doux et innocents. Mais hey, c'est la vie. Je crois avoir essayé d'être dans la réalité et donc visuel, tout en essayant de rester dans quelque chose de beau, de partagé... Et concernant ta question, je pense qu'il y a forcément de l'expérience personnelle là-dedans (ça fait pas du tout obsédé sexuel de dire ça, nooooonn.... XD) mais aussi mélangé à beaucoup d'imagination.

Je suis d'autant plus content de lire que tu as ri ! J'ai toujours peur d'être trop grave, trop lourd, trop sombre. J'essaie d'ajouter des petites doses d'humour, bien que ce ne soit pas ma spécialité, je dois le reconnaître. Ça m'a vraiment fait kiffé de jouer avec les névroses et les fantasmes de certains personnages, dont David...

Succube:
Qui était c'est vrai très marrant, pour une fois XD. Le succube a un peu joué le rôle de révélateur dans cet épisode, surtout pour une certaine brune, qui n'est pas vraiment ressortie indemne de tout ça... Mais je pense qu'il fallait ça pour que son fonctionnement pathologique prenne fin. Du moins, pour qu'elle en prenne conscience.

Le reste:
Concernant le passage David/Dorian, je ne dévoilerai rien ! Ahah. Je suis sadique. Mais tu auras sûrement un début de réponse dans l'épisode suivant ! Je dis ça, je dis rien... Des choses qui, je l'espère, n'apparaitront pas en totale contradiction avec l'amour que Dorian porte pour Opale.Le but étant toujours, pour moi, de faire cooexister deux choses opposées.

C'est vrai que c'est dur de faire des scènes un peu sentimentales sans tomber dans la guimauve et donc dans quelque chose de peu réaliste. Je le remarque. Et ce qui justifie tout cela, c'est comme tu l'as souligné : faire avancer le schmilblick. J'ai aussi un côté hystéro-sentimentalo-guimauvesque qui fait que les scènes comme ça sont assez jouissives.

Pour l'intrigue 'Adrien', sache que j'avais pas du tout prévu qu'il meure à la base mais ça s'est fait comme ça (tout comme je n'avais pas prévu qu'il 'naisse', ce personnage est arrivé et parti sans que je ne l'ai vu venir). Ca s'est comme imposé. Je pense que je n'aurais pas su lui donner sa place, et quelque part, sa mort vient tout de même signifier quelque chose : il était un peu l'achétype du gars normal, dans le monde réel, dans la vie de Dorian. Le perdre, c'était aussi peut-être perdre un peu contact avec cette part de réalité. Je ne sais pas... Et c'est donc continuer d'avancer dans les ténèbres vampiriques... Ahah.

La question de la mort sera en effet largement traitée tout au long de la saison...Et ce "mauvais goût" (chose que je revendique d'ailleurs) avec lequel j'en parle peut-être, de façon cynique sans doute, n'est peut-être que privisoire. Je ne vois pas les choses comme étant soit comme ci, soit comme ça. Il y a toujours un aspect duel. Je ne sais pas si je suis très clair. Bref.

concernant le petit 'morveux' comme tu l'appelles, je ne pense pas te spoiler en te disant que tu devras encore le supporter un petit peu, ahah. Accroche-toi à cette pensée de 'feu de maison' ! lol

Concernant les réflexions métaphysiques, elles sont (je pense) et seront assez nombreuses dans Afterglow : j'aime passer mon temps à décortiquer les mots, les attitudes, les pensées de mes personnages. J'essaie de donner un sens à à peu près tout en fait.

Merci GRANDEMENT en tous les cas pour cette superbe review qui me redonne de l'énergie pour écrire (c'est vraiment pas rien, ça) et qui va me faire me décider à me donner un coup de pied au cul pour corriger ces immondes fautes. Merci de m'avoir lu avec autant d'attention et d'avoir apporté ton bout de réflexion sur le tout. Merci.


_________________
I am the night.
avatar
Mérysis
Machine à écrire supersonique

Messages : 657
Date d'inscription : 13/03/2010
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.08. L'Appel Du Succube (1/2) et (2/2)

Message  Plûme à la Pistache le Mar 23 Juil - 18:52

Je suis Grammar Nazi dans l'âme, je n'ai pas besoin de faire preuve d'un attention toute particulière pour remarquer la plupart des fautes d'orthographes. Surtout des choses comme 'ria'. Je ne cherche pas à t'humilier, mais quand même. Enfin bon, de manière générale ce sont des homophones, des petites fautes bêtes qu'on fait tous quand on est fatigués, ou qu'on sature, comme tu le dis si bien.

Je n'ai jamais dit que ta réflexion sur la mort était de mauvais goût, au contraire, j'ai dit que c'était facile de l'être, et que justement tu ne l'étais pas. Tu devrais être plus attentif. =P

Le feu de maison n'est qu'un échauffement mental. Je suis navrée de t'annoncer que ton jeune personnage va, dans mon esprit, subir les pires tortures qui soient, à l'avenir.

... T'es pas un peu psychologue, toi ? Genre, pas un peu beaucoup ? Je suis quelqu'un d'hyper-symbolique, mais j'ai l'impression que tu la cherches partout, ta dualité. Un conflit personnel sous-jacent ? ^u^

De rien pour la review, c'est la moindre des choses, surtout maintenant que je sais où poster. =]
avatar
Plûme à la Pistache
Plume de l'espace

Messages : 253
Date d'inscription : 21/07/2013
Age : 25
Localisation : lost in translation

Voir le profil de l'utilisateur http://dropitlikeitscold.voila.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.08. L'Appel Du Succube (1/2) et (2/2)

Message  Mérysis le Mar 23 Juil - 18:56

Next step : apprendre le Bescherelle par cœur. J'aimerais être aussi calé, mais je suppose que c'est juste une question de discipline, mein Furher ! x)

Là encore, je lis trop vite ! Shame on me.

Je ne suis pas psychologue, mais j'ai fait des études de psychologie puis bah ouais, tendance à tout intellectualiser. Ce qui est relativement saoulant pour les gens d'ailleurs x) Pour la dualité, je plaide coupable. Je n'en dirais pas plus Razz




_________________
I am the night.
avatar
Mérysis
Machine à écrire supersonique

Messages : 657
Date d'inscription : 13/03/2010
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.08. L'Appel Du Succube (1/2) et (2/2)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum