1.09. Les Garçons Perdus (1/3), (2/3) et (3/3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1.09. Les Garçons Perdus (1/3), (2/3) et (3/3)

Message  Mérysis le Ven 8 Fév - 19:51

Aujourd'hui, voici publié la 1ère partie de l'épisode 1.09 d'Afterglow !  Smile

Résumé :

Spoiler:
C'est le moment des doutes pour Dorian qui ne sait plus vraiment où il va et qui doit composer avec son ambivalence. Suite aux derniers événements, Danielle adopte un virage à 180° et décide d'être le genre de fille qu'elle veut véritablement être mais rien n'est simple... De son côté, Christophe fait une rencontre malheureuse qui le mènera à l'hôpital et à se rendre compte des difficultés à accepter sa position d'outsider. C'est aussi le moment pour se rendre compte de l'importance que la jolie Ève, loin de la région parisienne pour quelque jours, a pris ces derniers temps dans sa vie. Pendant ce temps, les liens entre David et son protégé semblent se renforcer plus que jamais tandis que sous terre, les métro crissent et des enfants disparaissent...


_________________
I am the night.
avatar
Mérysis
Machine à écrire supersonique

Messages : 657
Date d'inscription : 13/03/2010
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.09. Les Garçons Perdus (1/3), (2/3) et (3/3)

Message  Mérysis le Jeu 24 Avr - 1:26

La 3e et dernière partie de l'épisode est disponible à la lecture !

 Very Happy 

Il était temps !

_________________
I am the night.
avatar
Mérysis
Machine à écrire supersonique

Messages : 657
Date d'inscription : 13/03/2010
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.09. Les Garçons Perdus (1/3), (2/3) et (3/3)

Message  Plûme à la Pistache le Mar 16 Sep - 20:27

Alors alors. Long épisode implique longue review. Et déjà que de manière générale j'en mets facilement des tartines pour pas grand chose, alors là, ça devrait donner.
Plus sérieusement, je n'ai rien contre les épisodes longs.
- Ils font peur, mais quand c'est bien on finit par se lancer, et on ne regrette pas, sinon on n'en serait jamais venu à bout.
- Aussi, je ne peux pas critiquer quand je ne fais pas spécialement dans la concision.
- Et enfin (et surtout), à te lire on comprend tout à fait pourquoi c'est long, on sent que ton style veut ça, que tu ne te retiens pas, que ça sort et c'est tout. Tu es un poète, et ça doit être difficile à canaliser, donc tu t'étales. Je serais criminelle de te dire de te brider, surtout quand tu ponds de la qualité. =)

Par avance, je précise que j'ai pris des notes au fur et à mesure de ma lecture, ce que je ne fais d'ordinaire que lorsque je bêta-lis, donc même si j'ai conscience de faire ça souvent (pour ne pas dire à chaque fois), je m'excuse d'avance pour l'aspect décousu de ma review. =]

Premier ordre du jour : Christophe et Eve

J'ai d'abord été littéralement bluffée par la qualité de ton rendement de la relation qui balbutie. Et je pèse mon littéralement. On s'y croit vraiment. Peut-être un peu cliché (sans jeu de mot) le coup des miettes de croissant au chocolat, mais sinon l'hésitation, l'attente, la honte qui n'en est pas, je trouve que ça sonne très vrai. A partir du baiser sur le quai, je ne peux plus témoigner du réalisme, mais pour le reste, je crois que je vais rester sur mon terme premier : bluffant.
Et les textos à la con, ça, je pense que c'était le clou du spectacle, le truc qui a achevé de dire que ces personnages sont des personnes, il n'y a pas moyen autrement ! Ils sont trop mignons, c'est tellement adorable que je crois que je pourrais regarder une série avec que ça tout le temps en permanence (oui, c'est redondant, et alors ?). =D
Bon, en revanche, je conçois que Eve ait demandé à Christophe de l'emmener à la gare en voiture pour des besoins scénaristiques de les mettre en présence l'un de l'autre, mais dans la vraie vie, elle aurait pris le métro, la petite, nan ?

Puis, Christophe se fait tabasser.
J'en profite pour te dire que, genre, on n'a pas assez peur de prendre le métro Parisien la nuit, il faut que tu nous décrives une agression en détails. Merci ! xD
J'avoue avoir eu la même (triste) réaction que lui : NOOOOOOON ! Pas le téléphone ! Pas Eve !
Je tiens à préciser que mon 'non' crié n'est pas un outil de rhétorique seulement. Je n'ai peut-être pas haussé la voix, mais je crois qu'il est sorti. Comme pleins d'autres exclamations durant ma lecture, d'ailleurs, heureusement que j'étais toute seule à la maison la plupart du temps. ><
Ma première pensée : et le cloud, alors ? On peut pas sauvegarder ses numéros ? Mais tu fermes cette porte plus tard, donc tous mes espoirs étaient vains. Pareil, j'ai pensé à Danielle et Dorian, mais non, c'est bolosses n'ont pas le numéro. Ralala.
Mais au moins ça prouve que j'ai autant de ressource qu'une personne normale, donc c'est bien, d'un côté.
N'empêche que j'étais outrée, parce que les deux scènes se suivent de relativement près, donc c'était d'autant plus dur.

La scène 'finale' entre eux, où Eve comprends enfin qu'il ne s'est pas foutu d'elle (elle aussi, elle avait pas quelqu'un d'autre à contacter discrètement ? Pas très maligne, mais je lui en veux pas) puis ils flirtent jusqu'à ce que mort s'en suive ou presque près des toilettes (toi aussi tu as réussi à prouver à ma prof de philo qu'une bonne scène romantique est indépendante du contexte, et sans doute mieux que moi). C'était une nouvelle fois extrêmement bien écrit, comme la partie où ils vont se coucher. Je pense que je les préfèrent presque à Dorian et Opale…!
Ce que j'ai eu du mal à comprend c'est pourquoi Christophe allait voir ça mère à ce moment-là, précisément. Ça lui prend comme un coup de fusil. A nouveau, comme la voiture pour aller à Montparnasse, c'est un besoin scénaristique, sans doute, mais j'ai quand même eu du mal à comprendre. Et après il y a ces interminables paragraphes sur la figure maternelle déchue, et là ça doit être le seul moment où j'ai franchement eu du mal à continuer. C'était hyper répétitif et hyper négatif et pour être honnête un peu effrayant. Heureusement, la conclusion est parfaite, et on ne regrette finalement pas d'être passé par là. Même si ça sortait de nulle part, hein, moi je reste sur cette impression. xD

Deuxième ordre du jour : l'anglais
(Ne me demandez pas d'où vient mon ordre, d'accord ? C'est selon mes notes, sauf que j'ai essayé de trier en même temps que je les prenait, donc il y a une part de chronologie et une part d’organisation instantanée, et du coup c'est moisi parce que l'épisode est tellement long que tout se recroise et...je suis tout aussi mortifiée que vous, je vous assure.)
Ma première objection est sur le choix du vocabulaire. Dorian vient d'Angleterre, donc, il doit arler un Anglais Britannique, et non Américain. De plus, il est mentionné dans cet épisode qu'il vient de la haute (je suppose qu'on le savait avant, mais le contraste est d'autant plus frappant que c'est rappelé là) donc il devrait avoir un vocabulaire d'autant plus caractéristique, non ?
Sauf que, goddamn motherfuckers, je sais pas si c’est ce qu’il y a de plus britannique comme juron.
Pussies, pareil, pour un britannique, bof. Wankers, peut-être ?
For fuck’s sake = for christ’s sake, je pense. J'ai cette idée (sans doute reçue, mais soit, tu en fera ce que tu veux de toute façon) que les Britanniques utilisent moins fuck que les américain. A vérifier.
Crap = shit ? Voire, shite, mais là c'est plus trop la haute.
Holy shit = Bloody Hell ? Jesus Christ ? (Ouais, là-bas, invoquer le nom du Seigneur en vain, c'est hyper vulgaire, à ce que j’ai compris.)

Conseil random : je te suggère de regarder quelques épisodes de Misfits, pour te donner des idées. C'est une mine d'or pour les injures britanniques. Il doit y en avoir d’autres, mais il n’y a que celle là qui me vient.

Quelques fautes mineures :
I wish I wasn’t ==> I wish I weren’t
You must have known ==> You should have known (mais à voir selon ce que tu cherches à lui faire dire vraiment.)
kinky commentary ==> kinky comment (à moins que David ait pondu une véritable dissertation argumentée, ce qui n'est pas le cas, avec son genre de citation de Keen'v...!)

A part ça, je plussoie totalement l'emploi de jurons. Ça ajoute carrément au réalisme, qui soit dit en passant ne manque jamais dans Afterglow de manière générale.
Il me semble en avoir déjà discuté avec quelqu'un ici, je pense que c'était Seja. Plus de grossièretés dans les webséries ! Elle avait eu l'idée quelques chose d'écrit avec un gros mot tous les sept mots, mais j'avais abandonné après cinq phrases…en plus d’être morte de honte. -_-

Ordre du jour numéro on s'en fout : Opale
Je te l'ai déjà dit, mais elle garde son aura éthérée. Elle reste cette petite chose fragile hors du monde. Les scènes initiales avec Dorian sont magnifiques, très...je sais pas, ça me fait penser à du velours. C'est bizarre, mais je sais pas comment l'expliquer autrement. Il y a un côté...étoffé, hors du temps, étouffé, antique, un peu comme la poussière dans un rayon de soleil. Bref, c'est cool.

En revanche, la scène du viole c'est juste...horrible. Atroce. Je sais même pas comment tu as pu poser les mots sur le papier. Je conçois totalement les scènes de sexe torride, c'est pas spécialement mon truc mais je comprends. Mais ça, c'était juste innommable. D'un côté c'est un compliment de ton style que ça m'ait autant rebutée, mais de l'autre ça reste une scène atroce.

Enfin, dans la discothèque, je l'ai trouvée étonnamment...normale, ordinaire, hormis le passage où elle épie Christève. Quand elle parle de fringues, c'était le summum de la platitude. Réaliste, hein, mais c'était surprenant venant de sa part.
Aussi, l'interrogation de Danielle sur comment elle fait son shopping est valide. J'espère une réponse un jour.


Ordre du jour numéro 700 : les random remarks

Je comprends que, pour des besoins scénaristiques, on puisse parfois prendre ou faire prendre des décisions un peu illogiques... Mais quand même, il y a des trucs qui sont bizarres, dans Afterglow :
- Les gens de l'administration les moins consciencieux du monde : on fait les papiers avant la pause déjeuner, on fera le truc concret après, en laissant tout ouvert, normal. Si c'est si rapide de faire les papiers, pourquoi ne pas attendre pour le faire en même temps que l'acte de scéler ? Ce serait pourtant plus sage et surtout...normal !
- J'adore comme les gens ont un culot monstre : l'écrivain le plus relou du monde, la photographe la moins discrète de la Terre, et palme d'or pour le SDF le plus intrusif qui soit. xD
- Genre, les passants dans les rues de Paris s’arrête pour voir si tout va bien quand tu viens de tomber, bourré, sur une plaque de verglas. Surtout s’il y a déjà quelqu’un près de toi. Et la nuit, en plus.
- Est-ce que personne ne trouve ça franchement ironique que ça ait été Buffy la série préférée de Dorian, même avant qu’il découvre les vampires ? Non ? Ça ne vient pas à l’idée de David de faire une remarque là-dessus ? Surtout qu’à l’époque de Buffy, les vampires n’étaient pas aussi mainstream qu’aujourd’hui, donc c’est vraiment une coïncidence…!
Mais je suis d'accord, Buffy c'est culte. Je dirais même plus : Whedon c'est culte.
- Les chasseurs qui prennent le temps de noter la date du prochain concert de Depeche Mode, alors qu’ils sont dans le Métro after hours…! Normal !
- Le projet de groupe le plus rondement exécute de l’Histoire : la troisième membre du trio n’apparaît jamais que pas téléphone ! Youhou !
- Timothée, le gamin le plus cohérent du monde : aidez-moi ! Ne la laissez pas m’emmener ! Noooon !
En tant que fervente haisseuse des enfants, je peux te dire que ça crie, c’est machins-là. Surtout s’il leur arrive un truc qu’ils comprennent pas. A la rigueur ils peuvent hurler Maman, peut-être, mais globalement je doute qu’ils soient aussi distincts. D'ailleurs, même un adulte, il ne serait probablement pas aussi posé, maintenant que j'y pense.
- Un Perroquet Albinos Chante dans la Cuisine. Quelle merveilleuse phrase codée. J’adore. Je vais le dire à tout le monde, maintenant. Une nouvelle fois, j'ai ri à haute voix.
J'en profite d'ailleurs pour dire que le type de l’organisation-sans-nom m’a bien plu. J’espère qu’on le recroisera. =)
- Eve n'a pas de démaquillant dans son sac, elle a JUSTE du lait hydratant. C’est plus un sac à main, qu’elle a, c’est une valise ! Il lui faut une brouette, le matin, quand elle sort de chez elle ? ^^


Ordre du jour ?? : Ludovic
Dans le genre relou, Ludovic soulève des MONTAGNES. On a rarement vu plus creepy. Je veux dire, le mec se rend bien compte que Danielle n'est pas d’humeur, et il doit bien voir qu’elle est mise mal à l’aise par le fait que comme de par hasard il habite désormais en face de chez elle, et il enchaîne ! Pour un serial tombeur, il est pas très compétent, je trouve.
Je comprends le petit appel du mâle sûr de lui, mais c’est comme les acteurs hollywoodiens, c’est bien à regarder, c’est tout.
Du coup je suis vraiment contente de la réaction de Dani de le repousser. Même si je trouve étrange de l’avoir saisi par les parties. J’aurais pensé que ça lui donnerait plus de fausses idées que ça ne le repousserait, non ? Personnellement j’aurais levé le genou, ça doit être aussi satisfaisant qu’efficace. (Oui, j'ai une bucket list assez fun.)

A la fin, il essaye de se rattraper, mais je n'y crois pas.
Et quand le barman lui demande si Dani sait qui il est, je ne pense pas que ce soit quelque chose de terrible. Je pense qu'il va être un gosse de richissime, ou quelque chose dans ce goût-là.
Bref, il me laisse relativement indifférente pour le moment.


Ordre du jour numéro 5 de Chanel : Davian/Dorid ?
Er… Ouais. Bizarre le passage où Dorian embrasse David. Vraiment bizarre. Mais après, il est complètement pété, donc je suppose qu’il a une excuse pour ne pas trouver ce qu’il fait étrange. Je sais pas, il aurait pu prendre sa main pour enlever la glace, non ? Ça serait resté sensuel, en plus...

Franchement j'ai pas trop trop compris d'où ça sortait, toute cette incertitude soudaine. J'aurais pensé que, si ça devait arrivé, ça se ferait plus progressivement. Disons que je l'aurais pris par un autre bout, c'est-à-dire que j'aurais mis l'attirance physique à la fin du raisonnement. Mais après, je suis pas la référence en la matière, et ça sonne juste malgré tout, même si c'est assez inattendu initialement.  

En tous cas, leur petit fête déjantée mentor/protégé était très fun à lire. Je m'y suis crue. Pour n'avoir pas osé décrire en détail la bataille de nourriture/d'eau/de polochon que j'ai glissée dans DILIC par peur de manquer de vocabulaire et de réalisme (et aussi parce qu'il y avait cinq participants), je te salue bien bas. La plupart de tes scènes sont extrêmement visuelles. L'immersion est totale dans ces moments-là, c'est assez agréable.

En revanche, je ne pensais pas que la vidéo serait visionnée aussi vite, mais finalement, si on compte les pages, ça compense le fait qu’il faille moins d’une journée pour que quelqu’un tombe là-dessus.
Et puis j'apprécie la petite 'enquête' de Danielle, ça ajoute un peu de légèreté à cette étape déroutante pour Dorian.

Mais j'ai littéralement adoooooooré la scène du voisin coincé. Si si, je me suis prosternée devant mon écran. Tellement drôle. J’étais pliée tout du long. A partir du moment où il les prend pour un couple, c’était fini. Je rigole même maintenant en y repensant alors que j'ai lu ça ce matin...!
Ceci dit j’espère que ce n’est pas du vécu, parce que là le mec il est franchement arriéré. Je suppose qu’il y a toujours des gens qui pensent ça, certes, mais de là à aller le dire en face, c’est franchement inacceptable.


Ordre du jour n°13 : le thème des enfants perdus
J'ai trouvé ça hyper beau que tu arrive autant à filer ton titre.
- Le plus évident, bien sûr, ce sont les collégiens kidnappés, c'est évident.
- Mais il y aussi cette histoire d'enfant intérieur de David, parce qu'il a refusé de grandir, se rebellant après la mort de ses parents, et finalement c'est lui, des hommes de la troupe, qui a le plus d'énergie vitale.
Note sans grand rapport : la mèche blanche, c'est déloyal. Déjà qu'Eric Mabius fait trop rêver, tu peux pas sans cesse lui donner des trucs qui le rendent encore plus mwa. La cicatrice c'était déjà bien. xD
- Il y a la gaminerie maladive de Dorian, qui ne s'arrête, jamais. Il lutte, mais non, il rechute sans cesse, que ce soit ses joutes verbales (souvent unilatérales, d'ailleurs) face aux monstres, quand il joue aux jeux-vidéos, regarde Buffy et X-files, et surtout tag le mot du voisin...!
- Christophe en tient aussi une couche, mais plutôt du côté de l'enfance perdue que de l'enfant perdu. Après son agression il commence à questionner sa virilité, et à la fin il coupe enfin les ponts avec sa mère toxique, c'est beau.
- Légère référence aux Lost Boys, qui parle aussi de vampires, me semble-t-il ? (Pas vu le film, mais il est sur ma liste.)


Ordre du jour numéro douuuuuuuze : la mise en forme
Alors, c'est très débile, comme détail, mais j'ai bien aimé que tu encadres les trucs officiels, genre le certificat médical, et tout ça.

Mais le must, c'était le dessin de Timothée. Je sais pas comment tu as fait pour l’obtenir, parce que clairement ça vient d’un mioche, ou alors tu as un super talent pour imiter leur style si particulier, mais il est extra ! J’adore les phrases et les persos et tout ! Génial !

Ordre du jour final : les inclassables

- En tant que scientifique partiellement inculte, je me sens légèrement stupide en lisant Afterglow, parce qu’il y a vachement de raisonnements métaphysiques, philosophiques, voire même tout bonnement littéraires et par moments ça me dépasse un chouilla. ><
Mais du coup je suis d’autant plus contente quand tu glisses des termes techniques comme canitie et astrocytes, même si je les connaissais pas forcément auparavant, ou en tous cas ils n’étaient pas frais dans ma mémoire. =D

- La Stryge, ouais, c'était une idée. Comme l'épisode est tellement long, elle se fait un peut remballer vite fait, la pauvre, mais en même temps, tant pis, elle était pas belle.
Je n’aurais pas dit non à savoir comment elle était arrivée là, pourquoi, tout ça tout ça, mais peut-être queç a viendra, qui sait. Ou pas, d’ailleurs, c’est pas essentiel, je suis juste curieuse. =D

- Dolvicar, il est frappé. Mais alors franchement frappadingue irrécupérable, à ce stade.
La dissection de la fille, c'était hyper bizarre. Pas écœurant juste...déconnecté de tout. Au-délà du gore, on n'est même plus choqué, et tu y étais, avec se passage.

- Quant à Bedrich, il a commencé fort avec la pire scène que j'ai jamais lue, donc après j'avais juste envie qu'il s'en prenne plein la tête, ce qui est arrivé avec la rame de métro, Dorian, David, et enfin la Stryge. Merci. =)
Ce mec incarne tout ce qui est haïssable. Il est même suffisamment ramolli du bulbe pour se gourrer d'injection. Genre il met ses sédatifs dans le même contenant que sa drogue perso ! Quel boulet !

- En tous cas, les scènes dans le métro étaient hyper bien décrites. Les lieux sont toujours très bien détaillés, avec toi, c’est impressionnant. Est-ce que tu as fait de la recherche approfondie, pour savoir un peu comment on conduit un métro, comment ça se passe la nuit, comment sont réellement les tunnels, à quoi ressemble la salle de contrôle ? Je vais plus jamais passer à République de la même façon, à cause de toi.

- Globalement, c’est indubitablement lié à sa longueur, voire l’inverse, je sais pas, mais cet épisode avait un rythme étrange. Au début on ne savait pas trop où ça allait. Tu as développé des histoires des personnages, donc c’était absolument délectable, entendons-nous bien, mais ça avançait lentement, ne se dirigeant pas vers grand chose. Soit, je lai dit, c’était sympa, donc on attend que tout se pose. Puis il y a l’affaire des mômes, donc ça s’est précisé. Sauf qu’après la mort de la bête et la résolution de l’affaire, ça se poursuit. Un peu, puis beaucoup, je me suis demandée comment tu allais conclure, parce qu’honnêtement tu aurais pu continuer avec du développement de perso ça ne m’aurait pas gênée. Et puis là, sortie de nulle part : nouvelle intrigue. Je ne m’y attendais pas. Mais c’est une conclusion comme une autre, après tout. A suivre, j’ai très peu de théorie sur le sujet de cette mystérieuse Nina, chasseuse de vampires probablement surhumaine.



Voilà ! J’ai fini cette review. Je pense. Et l'important c'est d'y croire, non ? J’espère n’avoir laissé en reste aucun détail, ou en tous cas le moins possible.
Je pense qu’en résumé c’était un épisode très long, avec un seul passage avec lequel j’ai eu du mal, donc déjà rien que ça c’est une prouesse.
Et aussi et surtout, ton style est toujours aussi fleuri et épanoui, et j’espère sincèrement que tu t’amuses autant à écrire tout ça que j’en ai l’impression en te lisant. =)
avatar
Plûme à la Pistache
Plume de l'espace

Messages : 253
Date d'inscription : 21/07/2013
Age : 25
Localisation : lost in translation

Voir le profil de l'utilisateur http://dropitlikeitscold.voila.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.09. Les Garçons Perdus (1/3), (2/3) et (3/3)

Message  Mérysis le Mar 16 Sep - 22:50

Premier mot : WOW. Je te le dis d'entrée de jeu Plûme : tu te demandais en concluant si je prennais du plaisir et si je m'amusais à écrire ces pavés, la réponse était déjà positive, mais avec de telles reviews (aussi poussées, justes (dans le sens où tu as su voir où j'allais exactement) et approfondies), je le suis mais alors encore 10 fois plus. J'ai vraiment reçu ta review comme un gros cadeau.

C'est dit.

Je vais te répondre en suivant le chemin que tu as essayé de suivre dans le Chaos de cet épisode.

Christève

Oui, j'ai moi aussi la surprise de maintenant les préférer à Dorian et Opale. Je les trouve tellement touchant et mignons. (Je ne me lance pas des fleurs en disant cela hein, rassurez-vous, car au final, comme je l'ai déjà dit, c'est moi qui écrit, mais ce sont eux qui parlent.) Moi et ma schizophrénie allons nous cacher... LOL. Dorian et Opale sont plus dans quelque chose de profondément romantique, doux, suave, limite onirique. C'est exactement ce que je cherchais à faire éprouver aux lecteurs d'ailleurs par rapport à leur relation. Chris et Ève eux par contre sont dans la réalité. Et ils n'en sont pas moins mignons ou moins amoureux ou moins touchant qu'eux. C'est vraiment deux visions du couple assez différentes en fait j'ai l'impression. Il y a certes eu des moments clichés mais sérieusement : on n'est pas tous tentés, même nous dans la vraie vie, de jouer un peu cette jolie petite comédie ? =') Allez... Dites pas non XD.

Pour l'anglais, all I can say is... It's my bad. J'avoue ne pas être très pointu en ce qui concerne cette différence anglais/américain. Je te remercie d'alleurs pour les conseils de visionnage et les correction. Je pense que j'y reviendrai quand je ferai une réécriture complète d'Afterglow.

Opale. Le fait que tu aies employé le mot "magnifique" pour décrire les scènes où elle est présente me font me dire que j'ai réussi ma mission. Merci ! Tu soulèves avec pertinence le contraste entre son attitude habituelle un peu hors du monde et celle qu’elle a eu à la discothèque en parlant fringue. C'était fait à dessein. J'ai espéré que cela soulignerait le fait qu'elle n'appartient pas à ce monde si terrien. Pour ce qui est du shopping, les explications viendront très vite.

Random remarks

J'ai beaucoup ri en les lisant. Je ris encore d'ailleurs. C'est vrai que les incohérences sont assez nombreuses XD Le fait que tu aies ri à haute voix (cf. le perroquet albinos) me fait tellement plaisir. Ça me convainc que tout ceci EST réel.

Davian, Dorid, ou Dorvid...

Clairement, j'avais besoin d'accélérer la cadence. Cela peut paraître brutal, mais Dorian a commencé à être troublé depuis déjà quelques épisodes par rapport à David... Le fait d'être sauvé par lui, son physique avantageux, sa bienveillance, la bisexualité caractéristique des dhampirs... Tout ça expliquent ce qui se passe... Bref, je ne veux pas trop en dire.

Le thème des enfants perdus

J'ai été étonné de réussir à filer le titre aussi loin comme tu le dis. Ca s'est vraiment fait au fur et à me sure de l'écriture, pas du tout prémédité. C'est encore plus agréable d'ailleurs. Les garçons, les garçons, les garçons... Qui peut vraiment dire en quoi consiste être un garçon ? Une fille ? Un homme ? Une femme ? J'adore les questions sans réponses. D'ailleurs, le plus intéressant ce ne sont pas les réponses, mais les questions.

Pour la mèche blanche, OUI, ça rend David définitivement FUCKABLE au cas où il y avait encore un doute XD.

Dorian et sa gaminerie, ça aussi j'hésitais, mais je trouvais ça tellement drôle à écrire. Et puis, ça reste un post-ado... Ca constraste un peu avec la noirceur dans laquelle il baigne constamment.

Et oui, oui, oui, The Lost Boys est un film de vampires, et j'ai clairement été inspiré AUSSI de ce film pour le titre (avec les garçons perdus de Peter Pan).

Révélations

Alors le dessin a été fait par.... MOI ! Et oui, j'ai replongé dans mon enfance et j'ai tenté de récréer le tracé que j'ai pu avoir quand j'avais 6, 8 ans... Ca n'a pas été facile. Je n'ai pas fait plusieurs dessins, juste un, celui-ci, mais j'ai longtemps planché sur ma feuille blanche avant de m'y mettre. Je voulais vraiment que ça fasse crédible. J'ai consulté des dessins de gosses autour de moi, ceux de mon enfance, j'ai même été jusqu'à effectuer des mouvements maladroits volontairement. C'était un exercice très drôle. J'avais peur que ça fasse trop gamin, mais je pense qu'au final, ça colle bien.

Tu dis te sentir stupide en lisant Afterglow par rapport aux termes parfois employés. Sache que j'apprends moi-même de nouveaux mots en écrivant. Je ne les connais pas tous d'entrée de jeu.

Concernant Dolvicar, oui, il est cinglé au dernier degré, et j'adore ça. Le passage de la dissection n'était pas prévu mais s'est imposé dès que j'ai eu l'idée. Beaucoup de folie encore à venir.

Bedrich, lui, n'est pas vraiment fou. Du moins, pas de la même manière que Dolvicar. Dolvicar est plus dans la démence. Bedrich est plus... Pervers. Destructeur. Il aime salir, et les belles choses plus encore. Et oui, il a eu ce qu'il m'éritait (et pas assez d'ailleurs, mais ça viendra) avec la métro dans la gueule. Là encore, question perversion, tu risques d'être encore très bien servie par lui dans les épisodes à venir... La scène que tu as lu n'est rien à côté de ce qui va arriver.

Quant à Nina, je ne dis encore rien, à part peut-être... See you on the 10th episode ? Smile

Tu m'as qualifié de poète. Je ne sais pas vraiment comment le prendre mais ça m'a quand même bien flatté l'ego xD Pour la qualité des épisodes aussi... Quelle plus belle récompense que cette review ? J'essaie que ça soit de qualité justement dans le sens, qu'il y ait de la profondeur, que ça ne soit pas si facile, ni trop court, que ça fasse réel, qu'on VOIT les choses, que les mots s'imposent pour créer une autre réalité. C'est ça pour moi la qualité. Je ne serai pas très étonné de voir Chris et Dor' surgir des rails durant mon changement à République. D'ailleurs, tu es Francilienne aussi ? Smile

La Stryge, j'en ai quasiment pas parlé mais ce n'était qu'un prétexte. Comme toujours dans Afterglow. Les démons réels qui font échos ou révèlent les démons plus intérieurs.

Voilà, c'est officiel Plûme, je t'aime ! Et désolé de t’avoir fait bossé (prendre des notes pour une review quoi !). A très vite j'espère.

_________________
I am the night.
avatar
Mérysis
Machine à écrire supersonique

Messages : 657
Date d'inscription : 13/03/2010
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.09. Les Garçons Perdus (1/3), (2/3) et (3/3)

Message  Plûme à la Pistache le Mer 17 Sep - 0:15

Ravie et flattée que ma review t'encourage, c'était l'idée. Je sais l'effet que peut faire un commentaire, court ou long, qui tape dans le mille ou à côté de la plaque, alors je ne me prive jamais, mais si je peux faire un truc long qui vise juste, alors là c'est le jackpot.
En plus j'adore m'écouter parler (lire écrire ne sonne décidément pas terrible) et surtout je suis une fangirl hystérique, donc partager m'est primordial. =D

Bref.

C'est un peu niais de dire ça à l'auteur, je suppose, mais je suis tout à fait d'accord pour la distinction que tu fais entre Dopale et Christève. L'irréel et le réel, c'est exactement l'idée. Dopale est un couple qui se détache de tout, tandis que Christève se retrouve face à tout ce qui fait de la vie la vie. C'est sans doute pour ça qu'ils ont sonné si juste, tandis que Dorian et Opale font rêver, en un sens, relèvent plus du fantasme.
En revanche, je proteste, les clichés, c'est pas toujours génial. Je comprends l'appel, mais je suis relativement sûre de moi en disant qu'il y a certains clichés dont je me serais bien passés. xD

Pour la langue anglaise, je ne disais surtout pas ça pour te mettre la honte, qu'on soit bien d'accord. Je trouve d'ailleurs ces changements de langues merveilleux. Au contraire, que tu te lances sans être sûr de toi, c'est une preuve de courage, quelque part. =]
Quant à faire une réécriture d'Afterglow, je reste bouche bée à cette idée, parce que ça me semble déjà tellement complet et achevé qu'à part corriger les fautes de frappes, je vois pas trop comment tu pourrais améliorer le modèle. Sérieusement. Il ne manque rien. C'est...fourni, Afterglow, je trouve. Je sais pas si c'est clair... -_-

Aha, le mystère du shopping va être percé à jour ! Yeepee ! \o/

Mes remarques aléatoires n'étaient pas des critiques d'incohérence, juste des constats d'à quel point tes personnages sont parfois atypiques. Mais je suis sûre qu'il y a plein de filles qui ont du lait hydratant dans leur sac à main, et qu'il y a des clochards qui encouragent les jeunes gens à l'indécences, ainsi que des Parisiens prévenants, et des fonctionnaires peu consciencieux. La réalité est parfois un peu idiote, c'est tout. xD
En revanche, je ne plaisante pas avec le perroquet albinos qui chante dans la cuisine. Ça, c'est du sérieux.

Ah, Dorvid. Je note.
Ça avait été dit que les dhampirs sont bisexuels ? J'ai pas dû enregistré. <>
Mais mon souci c'est pas tant que Dorian se questionne, je veux dire, il est jeune (je peux le dire, même si je suis pas beaucoup plus vieille) mais c'est ce que va en penser David. Parce que de toute évidence, lui, il a plutôt l'air branché femmes. Et aussi, il voit un peu Dorian comme son fils, donc ça risque de le choquer un peu toute cette histoire... Mais j'attends de voir comment tu ça va se dérouler, on verra bien, après tout, il faut avoir confiance en l'univers, parfois.

Pour ce qui est du sex appeal de David, en plus, c'est d'autant plus déloyal que j'ai regardé une série avec lui il y a pas longtemps, où il est toujours tiré à quatre épingles et hyper...ben coincé, il faut le dire, et du coup il y a toutes les images qui se percutent dans ma tête et c'est limite insoutenable. Tu devrais avoir honte. Mais en fait non, mais quand même.

J'admire ton talent d'imitation d'un gosse de 10 ans. C'est épatant. Tu es peut-être réellement schizophrène, finalement... ^^

Mais non ! Tu peux pas me dire que Bedrich va faire pire qu'il n'a déjà fait ! Je vais avoir peur de lire, maintenant ! Je vais avancer à reculons pendant tous les prochains épisodes, sauf que quand tu lis tu peux difficilement te cacher les yeux quand tu as peur. Oh, non non non non non, c'est trop horrible.

Je t'ai dit poète à cause de la façon dont tu construis tes phrases. Je sais pas, tu fais un dialogue normal, basique, et tout à coup, dans la description, il va y avoir une envolée lyrique. Pas grand chose, juste le temps d'une phrase, mais ça donne un genre de rythme dansant à la lecture, c'est intéressant.
En tous cas, ne t'inquiète pas, de manière générale, on visualise bien tes scènes, quand tu as le temps de les poser.

Je suis exilée temporairement sur Paris pour mes études, oui. Mais je ne suis jamais passée par le Père Lachaise, et j'ai reconnu les noms des stations mais c'est tout, le reste du temps je suis paumée dans tes descriptions.
En même temps je serais sans doute paumée dans un roman décrivant ma ville d'origine, mais qu'importe.
Je pense que si je croisais un de tes personnages je ferais une crise de catatonie aigüe. Mais quand je m'en remettrai je te le dirai, promis. Et on irait les stalker ensemble !

Ah non, mais prendre des notes c'est pas bosser. Et puis c'est pas du travail quand on s'amuse. Bosser, ça aurait été tout faire de mémoire, je pense. =]
D'ailleurs ça me fait penser que j'ai oublié de te dire que tu m'avais fait découvrir des musiques, aussi. La chanson de David ça m'a juste tuée, par exemple. Ça s'ajoute à la liste des choses qui rende Afterglow réel, avec les lieux et l'éducation et la culture et l'actualité et sans doute d'autres trucs auxquels je ne pense plus maintenant.


P.S. : Talent inutile numéro 42 : faire des réponses de reviews encore moins cohérente que ma review originelle. Yeah !
avatar
Plûme à la Pistache
Plume de l'espace

Messages : 253
Date d'inscription : 21/07/2013
Age : 25
Localisation : lost in translation

Voir le profil de l'utilisateur http://dropitlikeitscold.voila.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.09. Les Garçons Perdus (1/3), (2/3) et (3/3)

Message  Mérysis le Lun 22 Sep - 22:20

Merci encore pour toutes ces notes et remarques poussées Plûme.

Et si jamais tu as envie de visiter le Père Lachaise, je serai ton guide. Smile (Ca fait un peu glauque de dire ça, non ?)

Et pour le stalkage d'mes persos, I'd love to. Mais je crois que ça voudrait dire que j'ai définitivement sombré dans la folie.

Mais qui sait ?


_________________
I am the night.
avatar
Mérysis
Machine à écrire supersonique

Messages : 657
Date d'inscription : 13/03/2010
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1.09. Les Garçons Perdus (1/3), (2/3) et (3/3)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum