[Texte] La pluie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Texte] La pluie

Message  Seja le Lun 17 Mai - 9:19

L'eau de pluie.

Un léger ruisseau.

S'accrochant aux irrégularités de la chaussée.

Contournant les obstacles.

Se perdant dans des branches tombées.

Buttant contre la roue.

Une roue qui n'a rien à faire là.

Rien ?

Rien.

La pluie...




La pluie tombait dru. Le vent la jetait rageusement contre la vitre. La pièce était baignée dans une semi-obscurité. Il venait de rentrer. Trempé jusqu'aux os. Grelottant de froid. Un coup à chopper un mauvais rhume. Pourtant le soleil brillait quelques heures avant. Un soleil qui avait fait fondre la neige. Un soleil qui l'avait transformée en boue. C'était pas un temps normal pour un mois de février. Du coup, il était sorti.

Elle était partie. Hier. Elle était partie et il ne savait pas s'il la reverrait. Ca faisait bizarre. Il voulait monter l'escalier, sonner à sa porte, mais elle n'ouvrirait pas. Elle n'était plus là. Depuis le temps qu'elle en parlait. Et maintenant c'était fait. Fini.

Dix ans. Dix ans qu'ils se connaissaient. Dix ans qu'ils ne passaient pas une semaine sans se voir. Toute une vie. Toute la vie. Il ne se rappelait pas l'avoir rencontrée. Il l'avait toujours connue.

Il n'avait même pas son adresse. Et à quoi bon ? Elle était partie vers une autre vie, il était resté avec la sienne.



Un arbre avec des branches meurtries.

Arrachées.

Trempées.




La chaleur avait été terrible. Le béton s'était transformé en plomb. On se déplaçait d'ombre en ombre. On suffoquait.

Puis le vent. Presque inexistant. Et la première goutte. Suivie de beaucoup d'autres. Vraiment beaucoup.

Le sol argileux. Délavé. Un bouleau aux branches pliant sous les assauts du vent.

Elle en avait profité pour filer dehors. Un parapluie, des bottes en caoutchouc et le tour était joué.

Les flaques dans la cour prévalaient sur tout le reste. On ne pouvait pas poser un pied sans qu'il s'enfonce dans le sol délavé.

Mais qui s'en souciait ? Pas eux en tout cas. C'était le temps idéal.

La terre argileuse près du bouleau fournissait un terrain de jeu idéal. On pouvait enfin la détacher, la modeler. D'autant plus que la pluie avait décidé de s'arrêter pour laisser le temps à la terre d'absorber ce qu'elle venait de déverser.

Ils rentreraient trempés et barbouillés de boue. Mais quelle importance !

L'été tirait de toute façon à sa fin, bientôt elle ne le verrait plus aussi souvent.

Et dans quatre ans, elle ne le verrait plus du tout.



Les oiseaux se baignant dans les flaques.

Sautillant joyeusement.

Sans s'en soucier.




Il l'avait revue deux ans après. Au plus chaud de l'été. Elle était revenue, mais pas pour longtemps. Quelques semaines. Pas davantage.

Il avait attendu ce moment, mais l'avait surtout redouté. Depuis deux ans, c'était silence radio. Aucune lettre, aucun contact, rien.

Et puis il l'avait vue. Et... rien. Rien du tout. C'était comme croiser un étranger dans la rue. Enfin non. Avec un étranger, on partage pas des souvenirs. Non. C'était encore pire.

Une sorte de gêne mutuelle.

Si avant ils pouvaient parler pendant des heures à bâtons rompus, là ils ne trouvaient rien à dire. Ce fut presque un soulagement de partir chacun de son côté.

Et pourtant, c'était faux. Il avait envie de retrouver cette amitié. Il avait envie de faire comme s'il n'y avait pas eu deux années qui les séparaient de leur dernière discussion.

Puis les semaines passant, cette connexion semblait revenir petit à petit. Les longs après-midi passés au bord de la rivière à se baigner pour tenter de se rafraichir. Il l'avait croisée quelques fois. Avec des amies.

L'été entamait sa seconde moitié. Assis sur la plage de cailloux, ils s'étaient surpris à parler comme avant, à rire des histoires de l'autre, à profiter de ce moment. La pluie les avait chassés de la plage.

Ils couraient à s'en tordre le cou jusqu'à la porte d'entrée où ils purent enfin reprendre leur souffle, riant toujours. La barrière était tombée.

Elle devait partir le lendemain.



Le vent.

Faisant courir des vaguelettes sur l'eau.

Faisant tournoyer les feuilles tombées.




Dehors, la fin de l'automne approchait. Les arbres se présentaient nus et sinistres sous un ciel blanc. Le vent agitait les branches ça et là. Elle reprenait le chemin de la maison. Fin de la semaine. Début des vacances. Une éternité.

En traversant la cour, elle nota des fenêtres déjà allumées malgré l'heure peu avancée.

Suivre le chemin formé par des centaines de passages. Eviter la boue. Marcher sur une planche. Sauter de brique en brique au dessus d'une flaque. Faire crisser les feuilles mortes sous ses pieds. Monter sur le perron. Pousser la porte rongée par les années. Monter les marches usées. Sonner. Attendre.

Demain, il devait arriver. Pour les vacances. Une semaine. Une longue semaine.

Le temps allait les confiner dedans. Fini les journées passées dehors. La pluie fine et monocorde obligeait quiconque à rester un spectateur derrière sa fenêtre. Mais bientôt la neige ferait son apparition, recouvrant toute la boue. Alors, ils pourraient enfin profiter de cette liberté soudaine. Passer les courtes journées dans l'air froid.

Mais pour l'instant, la pluie tombait dru.

Et demain, il venait.



Des gouttes sur la peau.

Dégoulinant.

Se teintant de rouge.




L'hiver était là. Il avait brouillé le paysage. Seules des branches noires transparaissaient sous une épaisse couche de neige.

Il tenait une lettre à la main. De simples vœux. Des banalités.

Il l'avait vue la dernière fois alors que le soleil chauffait encore. Au bord de la rivière. C'était la dernière fois avant qu'elle ne reparte.

Il se dit qu'il devait lui répondre. Mais écrire les phrases de rigueur, ça lui disait rien. Non. Il aurait pu lui écrire une lettre. Une vraie. Une ne singeant pas un schéma commun.

Les phrases étaient là. Très claires dans son esprit. Mais il ne les mit jamais pas écrit.

Au début, il se disait qu'il avait encore le temps, qu'il devait y réfléchir. Puis il se dit qu'il devait se dépêcher, mais les mots ne venaient pas. Puis il se dit qu'il était trop tard.

La neige avait continué de tomber avant de se transformer en pluie.



Un faible mouvement.

Semblable au tremblement des feuilles.

Plus rien.




Dernière journée. Sa dernière journée d'école. Demain, tous ceux qu'elle avait connus depuis cinq ans reprendraient ce même chemin, mais pas elle.

Demain, elle ne voulait pas y penser.

Demain, elle se demandait si elle voulait que ça arrive.

Toute cette attente et finalement demain, elle allait finir.

Finir.

Elle savait qu'elle ne verrait plus ces arbres avant longtemps. La route défoncée. L'école. Le massif recouvert par la neige. Les marches. La grille rouillée. La cour. Les maisons. Et lui...

C'était peut-être le fait de ne plus le voir qui lui faisait le plus peur. Aussi loin qu'elle pouvait se rappeler, il était toujours là. Toujours. Et demain elle partirait et ne le verrait plus. Jamais ?

Mais déjà les marches défilaient sous ses pas.

Et enfin la porte.

Et... la fin.



Aucun mouvement.

Juste l'eau.

Monotone.




Dix ans. Dix ans qu'elle était partie. Si au début, il avait pensé qu'elle pourrait revenir, à présent, ça ne faisait aucun doute. Elle ne serait jamais que de passage, il ne serait jamais qu'un souvenir d'enfance.

Elle était arrivée au plus sombre de la nuit. Le crissement des pneus sur le chemin de terre. Des voix étouffées. Des pas sous les fenêtres. Le grincement de la porte. Et plus rien.

Le lendemain, il savait qu'il allait la voir. Ça faisait quoi ? Deux ans qu'il ne l'avait pas revue ?

Avec un soupir, il se leva et s'avança vers la fenêtre ouverte. La nuit, partout.

Puis, l'aube pointant le bout de son nez. Un ciel gris. Un vent froid. Des gouttelettes sur la peau.

Il l'avait croisée alors qu'elle sortait, le nez plongé dans son sac à la recherche des clefs. Lui avait-il parlé ? Oui, sans doute. Des banalités, avant qu'elle ne reparte.

Il était resté là un moment. Il avait entendu le moteur de la voiture se mettre en marche. Puis ce bruit s'était éloigné.

La pluie avait commencé à tomber dru. Cette pluie qui bouchait la vue. Cette pluie qui l'avait engloutie à jamais.
avatar
Seja
Écrivain intergalactique

Messages : 1228
Date d'inscription : 11/08/2009
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://www.champidents.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] La pluie

Message  Meylleen le Ven 21 Mai - 21:13

Joli texte et bien écrit. J'aime beaucoup ce mélange triste et nostalgique.

_________________

avatar
Meylleen
Écrivain intergalactique

Messages : 1559
Date d'inscription : 15/03/2010
Localisation : Home sweet home

Voir le profil de l'utilisateur http://meylleen.voila.net/Nebula/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] La pluie

Message  Gaetan le Sam 22 Mai - 14:47

J'adore !!!

Vraiment Sej, superbe texte, on retrouve un peu ta patte dans le traitement de l'histoire, cette émotion retenue que je ressens aussi en lisant d'autres de tes textes, j'ai du mal à l'expliquer davantage, on sent beaucoup de sensibilité dans tout ça mais elle est un peu masquée par un apparent détachement, les personnages semblent souffrir mais en silence, ils ont cette carapace et je trouve ça très touchant en fait.

Voilà pour mon ressenti sur ce texte mais peut-être que je suis complètement à côté de plaque et que c'était pas du tout ton intention. ^^
avatar
Gaetan
Écrivain intergalactique

Messages : 2165
Date d'inscription : 06/07/2009
Age : 33

Voir le profil de l'utilisateur http://suspected.voila.net/index2.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] La pluie

Message  Seja le Sam 22 Mai - 21:59

Merci Very Happy

Non, tu as plutôt bien compris, Gaetan ^^ En même temps, c'est l'un de mes textes les plus vagues. Mais bon, malgré ses imperfections, je l'aime bien cette petite nouvelle.

"Ma patte", tiens donc. Faut croire que le drama me colle à la peau Neutral C'était finalement pas une mauvaise idée de partir sur l'écriture d'une ws comédie Razz
avatar
Seja
Écrivain intergalactique

Messages : 1228
Date d'inscription : 11/08/2009
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://www.champidents.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] La pluie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum